Twitter en tête des réseaux sociaux importants pour les marqueteurs Irish


D’après une récente étude Irlandaise, en Irlande (comme en France) la majorité des marqueteurs ne savent pas mesurer le ROI des Réseaux Sociaux mais 75% d’entre eux vont augmenter leurs dépenses dans ce domaine

Source : http://www.edelman.ie/social-media/

Jérick Develle

Analyse de la consommation issue des médias sociaux aux états Unis.


La progression reste impressionnante et le poids de Facebook dans l’ensemble de la consommation issue des médias sociaux est sans équivalent !

Twitter : d’accord pour le « poids des mots » mais pas pour le « choc des photos »


De nombreux jeunes utilisateurs de Facebook, lassés de voir leurs parents jouer les trolls sur leurs murs, arrivent en masse en ce moment sur Twitter.

Une de leur première découverte est le « poids des mots » lié à la nécessité de rédiger en 140 caractères des phrases compréhensibles par le plus grand nombre.

Fini alors le langage sms ou le simple enchaînement d’onomatopées ponctués de smileys.

Google en a d’ailleurs fait une opportunité en dotant son browser Chrome d’un correcteur orthographique en ligne qui rend bien des services et pas seulement aux plus jeunes…

Mais, alors que les mots reprennent ainsi du sens, une nouvelle et désagréable habitude arrive sur Twitter, celle du « photo-choc » qui permet de faire passer ses « messages » en agressant visuellement par surprise les lecteurs de Twitter dont les dernières versions affichent les liens image sans clic préalable.

Il est ainsi devenu courant d’être assailli par exemple par des images insoutenables d’enfants horriblement mutilés par des éclats d’obus quelque part dans le monde ou (moins grave) par le cliché d’une femme politique française de premier plan donnant l’impression d’avoir bu plus que de raison…

Outre le fait que certaines de ces images sont bien souvent tronquées, trompeuses et invérifiables car non sourcées, elles font courir le risque à Twitter de devenir un nouveau Chatroulette avec toutes les dérives que l’on imagine.

Les 100 premières marques dans le monde : Facebook devant Disney mais derrière… Pampers


Millward Brown wient de proposer son 6° classement annuel des Marques.


 

Lien vers le rapport détaillé => http://www.millwardbrown.com/BrandZ/Default.aspx

Réseaux Sociaux : l’analyse de Burson-Marsteller


Les Consommateurs sous Influence deviennent des Consommateurs Influents


Il est maintenant évident que la croissance exponentielle des Réseaux Sociaux et de leurs outils dédiés (Blogs, Twitter, Facebook, YouTube, etc) a entrainé une accélération sans précédent du rééquilibrage des pouvoirs entre Consommateur et Producteurs.

Ces changements qui affectent la plupart des aspects de notre vie quotidienne (citoyens, parents, employés, consommateurs, …) peuvent avoir un rôle déterminant dans l’avenir des entreprises qui n’auraient pas pris suffisamment vite le virage stratégique qu’ils imposent. BP, Nestlé (Kit-Kat), Nutella et bien d’autres en ont déjà fait l’expérience.

En d’autres termes, les gens ont cessé d’être des « Consommateurs sous influence » pour devenir des « Consommation Influents« , des « Influenceurs » qui disposent d’un pouvoir inconnu jusqu’alors.

Ce terme « d’Influenceur » n’est pas nouveau, il circule dans le monde du marketing depuis des années mais est maintenant entré en force et par surprise de cœur même de toute entreprise de la plus grande à la plus petite : les consommateurs sont ainsi devenus « la » Voix des produits avec un impact positif ou négatif tout à fait significatif sur l’ e-réputation et donc les Valeurs des entreprises à tous les sens du terme.

Ce ne sont donc plus les entreprises qui détiennent le contrôle total de leurs produits, de leurs marques et de leurs images. Les investisseurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et n’importe lequel d’entre eux ne peut plus faire l’économie d’une phase de Due Diligence numérique avant d’approcher une entreprise pour y investir.

Ce nouvel équilibre des pouvoirs n’a bien évidement pas que des côtés positifs et il est assez aisé d’imaginer comment les combats entre les marques vont très vite déborder de leur champs de bataille classiques pour occuper celui de la lutte d’influence numérique sociale.

Afin d’éviter tout risque de dérives, cinq commandements de base devraient d’ores et déjà être suivis par toute entreprise responsable :

  • J’identifie en permanence les Leaders d’Influence qui suivent spécifiquement mes produits, services, marques ou secteurs d’activité.
  • Je maintiens un contact régulier avec ces leaders d’influence qui représentent pour moi une source inépuisable de pistes d’amélioration.
  • J’affiche clairement ma propre personnalité numérique en devenant moi-même un Leader d’Influence et en mettant en avant mes Valeurs et en m’attendant à ce que tout écart entre mon comportement et ces dites-valeurs soient immédiatement dénoncé.
  • J’intègre ouvertement ma stratégie de Responsabilité Sociale et Environnementale à mes canaux de communication Réseaux Sociaux.
  • Je ne laisse aucun des Réseaux Sociaux qui me concernent (Facebook, Twitter, Linkedin, etc…) sans suivi régulier afin de répondre immédiatement aux sollicitations des « Influenceurs » à qui j’ai volontairement ouvert votre porte.

Les traditionnels « Messagés » qui étaient jusqu’alors évalués bien souvent uniquement pour leur « temps de cerveaux disponible» sont devenus des « Messagers ». Ils sont dorénavant ceux qui, selon le cas, portent, amplifient, modifient ou combatent vos propres messages.

Seule votre capacité à générer désir, enthousiasme et confiance évitera que vos consommateurs ne se transforment en procureurs.

Références :

Les années 2010+, les années du LIEN


Acheter du sable dans le désert


Il y a maintenant prés de trois décennies, je travaillais au cœur du grand Erg Algérien au milieu de nulle part, l’infini des dunes de sable pour seul horizon. Et pourtant, après l’Eau, la deuxième préoccupation quotidienne de notre équipe de bâtisseurs était de trouver du sable : pas celui qui nous entourait et qui nous étouffait dés que le vent se levait mais celui qui était digne de nos maçons et qu’il fallait aller chercher très loin et à prix d’or.

C’est un peu cette sensation que j’ai au détour de cette décennie, l’abondance de faits et d’événements représente cet infini ondulant de mots et d’images sans perspective alors que l’énergie à déployer est immense pour garder le recul et le bon sens nécessaire à la clairvoyance.

Ainsi, retournons nous un instant sur les dunes de ces 10 années passées et sur les événements qui, pour moi, les ont marquées comme des traces de pas sur le sable :

D’abord en matière d’économie, trois événements majeurs : la Chine s’est éveillée et rythme nos choix d’investissement en espérant qu’elle ne rythme jamais nos choix politiques, l’Euro est heureusement devenu notre monnaie et nous permet de conserver l’impression de notre indépendance et, à quelques années d’intervalle, Bulle internet et Bulle financière nous ont rappelé que les arbres ne montaient pas jusqu’au ciel.

Du point de vue scientifique, le tant attendu vaccin contre le Sida n’a pas vu le jour mais, fort heureusement, les progrès réalisés par les antirétroviraux ont permis des progrès spectaculaires mais qui restent réservés aux pays les plus riches pendant que l’Afrique fait face à une épidémie dramatique dont les 10 prochaines années nous diront si son exceptionnelle résilience en vient à bout.

La nature a malheureusement (ou heureusement) tenu ses promesse et est restée naturellement dangereuse enchainant Canicule imprévisible, Grippe atypique et Tsunami dévastateur et tout cela en laissant trompeusement penser à l’Homme qu’il pouvait avoir sur elle une réelle influence.

Du point de vue politique et alors que nos démocraties se délectent de leurs nouveaux gladiateurs de papiers glacés adorant passer des Lofts télévisés, aux plages ensoleillées décor des nouvelles affiches électorales à la une des magazines, une magnifique carrure puissante et souriante émerge des dix années passées. Je ne sais pas ce que Barak fera de son destin mais quoi qu’il en soit l’arrivée d’Obama à la tête de la première puissance du monde restera une de mes grandes sources de foi dans l’humanité quelques décennies seulement après que ce pays ait émergé de la ségrégation raciale la plus sombre.

Bien sûr je pourrai aussi parler de la guerre de Religion qui a embrumé toute la décennie. Je ne le ferai pas car je n’y vois pas de grande différence avec ce que nous avons vécu au cours des 200 décennies précédentes.

Non, je préfère finir par ce qui aura pour moi marqué la décennie écoulée et qui marquera à n’en pas douter la prochaine : la mise à disposition immédiate et sans limite de l’information brute et gratuite.

La naissance des Wikipedia, MSN, Facebook ou Twitter, le tout orchestré par un Google planétaire et omniprésent fait de chacun et chacune d’entre nous le commentateur dangereusement confiant d’une actualité qui se nourrit bien souvent d’elle-même et dont les nouveaux experts sont de moins en moins idéologiquement identifiés et donc de plus en plus habiles à piloter les consciences de ceux qui ne sauraient pas user des seules clefs permettant de surfer sans sombrer : le bon sens, le respect mutuel et l’anticipation.

Face à ce magma de faits, d’événements et d’informations mis à la disposition de chacun, en temps réel et à la vitesse de la lumière, la tentation du « hérisson en boule au milieu de l’autoroute » gagne nombre d’entre nous.

Seuls ceux qui continuent à regarder horizon, anticipant pour ne pas subir, sauront utiliser au mieux ces magnifiques ressources mises à leur disposition pour faire progresser leurs organisations, satisfaire les attentes souvent non émises ou encore inconscientes de leurs équipes ou de leurs clients.

Nous venons de vivre 10 années bouleversantes de diversité, de cruauté comme de tendresse, de tristesse comme de beauté et d’espoir, les 10 prochaines s’annoncent bien plus dangereuses et sombres pour ceux qui seront seuls et isolés et bien plus belles, créatives et ensoleillées pour ceux qui seront à l’aise dans leur communauté, forts de leur capacité d’anticipation, de formation et d’adaptation à l’évolution permanente de leur environnement.

C’est certainement la chance, mais aussi la principale responsabilité, que nous avons dans notre entreprise : faire vire et grandir une communauté créative, solidaire et ouverte au sein d’un groupe puissant. C’est comme cela que nous avons traversé fièrement la décennie des années 2000 et c’est comme cela que nous traverserons avec plaisir, efficience et sérénité les 10 années à venir.

Je vous souhaite une décennie 2010 pleine de plaisirs, de réussites, de découvertes, de rencontres, de solidarité et de bon sens !